Récit de mes randonnées au Cap-Vert à Santo Antão

Prenez vos chaussures de marche et votre sac à dos, je vous emmène à Santo Antão, l’une des îles du Cap-Vert les plus réputées pour ses randonnées et ses paysages incroyables. Evasion garantie ! 

Pourquoi Santo Antão ?

Laissez-moi tout d’abord vous présenter Santo Antão. Avec mon nouveau chéri, nous cherchions une destination à faire en amoureux qui nous permette d’éviter le tourisme de masse et nous offre un éventail de randonnées (nous sommes des passionnés) assez large. Après quelques conversations avec nos amis randonneurs, nous avons opté pour le Cap-Vert – leurs récits  étaient particulièrement convaincants, il faut dire – et surtout l’une de ses 18 îles volcaniques : Santo Antão, véritable paradis pour les trekkeurs.

Attention, ne vous fiez pas aux consonances latines de la péninsule, elle appartient bien au continent africain. D’où la nécessité d’acheter un visa au Consulat du Cap-Vert à Paris, Marseille ou Nice. En attendant le 1er janvier 2018 que les séjours de moins de 30 jours soient dispensés du document. Comme avec mon compagnon, nous n’avons pas encore d’enfants, nous avons décidé de partir en juin, la météo y est plutôt clémente et les vents sont tombés. Mais attention, Santo Antão étant au nord du pays, la météo est toujours plus incertaine qu’au sud. Et j’oubliais : pour profiter pleinement des merveilles capverdiennes, partez au moins 15 jours !

Santo Antão et ses randonnées

La vallée de Janela

C’est parti pour deux semaines de trekking à travers les chemins escarpés de Santo Antão et autres sentiers de marche ! Nous nous sommes organisés seuls mais pour les aventuriers qui auraient besoin d’une structure pour les accompagner, j’ai vu que Huwans Club Aventure proposait des randonnées très excitantes avec ses voyages au Cap-Vert.

Dès notre arrivée à Porto Novo, nous attaquons notre premier trek dans la vallée secrète de Janela, une randonnée de 3 h 30 qui nous permet de découvrir les premiers paysages capverdiens faits de bananiers, de manguiers et d’orangers. Nous nous arrêtons quelques instants devant la rocha scribida, un rocher incroyable, happés par son immensité et continuons notre parcours à travers la vallée jusqu’à l’océan.

La vallée de Paul

En route pour 5 heures de marche ! Au menu : traversée de la vallée aux ignames par un très étonnant escalier de terrasses. Et là, nous découvrons des plantations extraordinaires de bananiers, de maniocs et de cannes à sucre irriguées par un réseau de canaux extrêmement ingénieux. On s’arrête un moment pour goûter – un peu ! – de « grog », le rhum local, et reprenons notre parcours.

Le cratère de Cova de Paul et le plateau d’altitude de João Alfonso

J’ai décidé de mettre ces deux randonnées ensemble car je suis incapable de choisir laquelle je préfère ! Pourquoi ? Les vues incroyables qu’elles proposent ! La montée du cratère de Cova n’est pas très longue mais très raide. Cela permet d’apprécier sa condition physique et ses chaussures de marche ! Lorsqu’on arrive en haut, on découvre un paysage à couper le souffle malgré une altitude très raisonnable finalement (1200 mètres). C’est « simplement » toute l’île – ou presque – qui s’offre à nous avec en toile de fond, le bleu intense de l’océan. Le voyage aurait pu s’arrêter là pour moi, il aurait été parfait ! Mais Santo Antão n’a pas dit son dernier mot.

Le village de Fontainhas

Situé tout au nord de Santo Antão, le village de Fontainhas est un autre trésor du Cap-Vert, là encore pour la vue unique qu’il propose. C’est après avoir lu un reportage de Géo sur le Cap-Vert que j’ai eu envie d’aller y faire une halte et nous n’avons pas regretté ! Ses petites maisons aux couleurs joyeuses assurent un dépaysement garanti tout comme la vue imprenable qu’il offre aux randonneurs qui s’y sont aventuré : au nord une vue plongeante sur l’océan Atlantique, au sud un panorama digne d’une carte postale de toute la végétation tropicale.

Si nous avions eu plus de temps, nous serions également allés visiter l’île Boavista – j’avais lu un article qui m’avait donné envie d’y aller – mais Santo Antão a tellement à offrir en termes de randonnées et de paysages à couper le souffle que nous n’avons guère eu le temps de nous aventurer ailleurs !

Mais lorsque je retournerai au Cap-Vert – parce que j’y retournerai – je ne manquerai pas de m’y arrêter ! La gentillesse des gens, la diversité des paysages, le dépaysement total m’ont laissé une impression extrêmement positive sur ce trekking à Santo Antão que je recommande à tous les amoureux des randonnées.

Dernier conseil pour les néophytes : partez bien équipé : chaussures de marche, sac à dos et vêtements confortables et ne vous chargez pas trop si vous n’êtes pas habitués !

Soyez le premier à partager votre avis